Deuxième épisode : spécial Iran. Disparition du « Jacques Chancel » des médias catholiques, Claude Carrez d’RCF

Le deuxième numéro d' »Imaginaires du Présent », écoutable ici, est consacré à Reza Afchar Naderi, auteur, poète, traducteur de poésie, en ligne sur les principaux serveurs de podcasts depuis le 6 juin 2020.

Titulaire d’un doctorat de littérature persane, Reza Afchar Naderi a travaillé sur les textes fondateurs de la période préislamique en Iran afin de déterminer l’évolution des structures mythiques de ce pays depuis l’Antiquité jusqu’aux premiers siècles d’après l’Islam.
Son dernier livre « Chants patriotiques d’Iran » version bilingue (français, persan) publié aux éditions de l’Harmattan en mars 2020 permet pour la première fois de découvrir en français une partie intégrante du patrimoine iranien méconnu par le public français. L’occasion d’écouter de nombreux extraits musicaux de chanson iranienne en vogue et de s’instruire sur l’histoire très mouvementée de l’Iran.

Disparition de Claude Carrez : « juste quelqu’un de bien »

J’ai appris hier, soit deux mois après sa mort, la disparition du producteur de l’émission Médiagora d’RCF (Radios Chrétiennes en France) le 4 avril dernier. Le communiqué indique « son cœur a lâché à l’âge de 81 ans, sans rapport avec l’épidémie ».
Voici l’hommage que lui rend RCF sur son site Internet.

Claude Carrez était bien beaucoup plus que « Monsieur Cinéma ». Il avait une connaissance des arts de l’image encyclopédique, une approche avec ses ses invités humaniste rare, c’est le « Jacques Chancel » des médias catholiques qui s’est éteint et toutes ses qualités humanistes également. Heureusement reste la magie des archives sonores et écrites.

Claude, c’était ainsi qu’il voulait qu’on l’appelle (avec le tutoiement) ne se prenait jamais pour « un grand » alors que c’était un grand homme de communication, très érudit.

Je l’ai rencontré alors que j’étais juste intermittent du spectacle à RCF Lyon en 2004-2005, il aurait pu m’ignorer. Il me saluait chaque jour et il m’avait invité à assister à une interview avec Toni Gatlif qui m’avait donné envie de voir le film Exils.

Jeunes trentenaires techniciens ou animateurs intermittents du spectacle (petits de la radio), on était tous émerveillés à l’écouter, à écouter son art de poser les bonnes questions, d’écouter avec attention et bienveillance tous ses invités, à transmettre son goût du cinéma et des arts de l’image. Son érudition, sa manière de parler la langue française nous laissaient silencieux et respectueux. Il saluait toujours dans les coulisses chaleureusement « les petits ouvriers de la radio » (les précaires des médias autrement dit, ceux et celles qui ne sont pas derrière les micros et/ou qui jouent les rôle de prêtes-voix…)

Le jour de mon départ de RCF un jour de septembre 2015 (pour reprendre des études à l’Université Lyon 2), il m’avait écrit un mot chaleureux et j’en ai été très ému, car c’est rare ces petits mots lors de départ vers d’autres horizons.

J’écoutais régulièrement depuis « Médiagora », magazine hebdomadaire qu’il produisait chaque semaine sur RCF avec impatience.

Son dernier numéro date de février 2020 et restait bloqué à cette date sur le site de RCF, je me disais : « c’est à cause du Corona »… Non, la biologie de son corps a décidé pour lui…

J’adresse à tous ses proches et à tous ses collaborateurs d’RCF une pensée forte et amicale.

Ses émissions sont à réécouter en podcast sur le site de RCF.

Son dernier ouvrage est lettre ouverte à Frédéric Mitterrand, alors ministre de la culture, cet ouvrage est référencé sur le site Internet du Ministère et il serait intéressant de le (re)lire.

Dans le monde journalistique radio et de la communication, il sera très difficile (voire certainement impossible) de retrouver cette manière d’écouter, de recevoir ses invités (artistes, comédiens, réalisateurs…), de valoriser les plus beaux films et documentaires français, d’approcher « les hommes et femmes » créateurs et créatrices tout simplement. Il a su créer aussi une voie véritablement éthique dans la production d’émissions culturelles (en voie de disparition aujourd’hui alors que le monde de la communication manque cruellement d’indépendance).

Au revoir et chapeau bas Claude pour tout ce que tu as fait dans le domaine de la transmission des arts et la culture !

Cyrille Paquette, Paris, le 7 juin 2020.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s